Évaluation de programme

Quelles leçons retenir de la prise en charge intersectorielle des mineurs non accompagnés à Montréal ? Une recherche qualitative participative

Des études montrent que les jeunes réfugié·e·s estiment que les services ne sont pas toujours adaptés à leurs besoins en matière d’éducation, de soutien social et de santé. Ce contexte soulève la nécessité d’approches adaptées. Les enfants qui migrent sans leurs parents (mineurs non accompagnés, MNA) sont particulièrement vulnérables. À Montréal, les MNA reçoivent une prise en charge intersectorielle dont les points de référence sont des travailleurs sociaux du PRAIDA.

Notre recherche examine si et comment cette prise en charge intersectorielle permet d’améliorer les trajectoires de services pour les MNA. Des MNA participent directement au processus de recherche par la mise en place d’un Comité consultatif appelé JAM, « Jeunes ambitieux et motivés ». Notre recherche, toujours en cours, vise des entrevues approfondies avec des MNA (objectif n=20), des gestionnaires, des interprètes, des professionnels de l’éducation et de la santé et services sociaux, offrant des services aux MNA (objectif n=40). Le modèle de la réceptivité des services adaptés aux populations migrantes est utilisé comme cadre d’analyse.

Nous nous intéressons à différentes dimensions de la trajectoire de ces jeunes, notamment l’hébergement et l’accès aux différents services. Nous mettrons enfin la lumière sur le potentiel de cette prise en charge pour renforcer le pouvoir d’agir des MNA.

Non seulement cette recherche permet d’approfondir des perspectives d’analyse peu ou pas étudiées jusqu’à présent, elle a aussi comme ambition de servir de point de départ au développement d’une communauté de pratiques pour les intervenants de première ligne sur les meilleures pratiques de services pour les MNA.
Plusieurs sous-études réalisées par des étudiants feront l’objet de diverses présentations :
Une première présentation proposera la description et l’appréciation du modèle de prise en charge intersectorielle à Montréal. Une deuxième présentation consistera en une analyse critique du potentiel de ce modèle pour renforcer le pouvoir d’agir des MNA à Montréal. Enfin, la troisième présentation portera sur les impacts des modes d’hébergement sur le bien-être et l’intégration des MNA à Montréal.

Élaborer des outils destinés aux personnes réfugiées et en demande d’asile: réussites et défis de Carnets de route

Carnets de route est un projet destiné aux personnes réfugiées et en demande d’asile ainsi qu’aux intervenant·e·s et autres professionnel·le·s qui les accompagnent, fournissant des informations qui visent à faciliter le processus d’installation. Les outils seront disponibles à partir de mars 2024.

Nous proposons un atelier en trois parties :

La première partie présentera 5 cas fictifs, à partir desquels nous naviguerons dans les différents formats et profils de Carnets de route. Il s’agira d’une manière interactive et concrète pour le public de se familiariser avec l’outil.

La deuxième partie se concentrera sur les processus de collaboration qui ont été mis en place au sein du projet. Une personne elle-même réfugiée ou en demande d’asile partagera son implication au sein de Carnets de route, ainsi que 1 ou 2 autres personnes du terrain provenant d’autres secteurs, par exemple du PRAIDA. Nous détaillerons également notre collaboration avec le comité des intervenant·e·s et chercheuse·eur·s, ainsi qu’avec des expert·e·s du terrain.

La troisième partie de l’atelier sera axée sur ces défis posés par l’élaboration d’outils tels que Carnets de route :

  • La mise à jour de contenus complexes dans un contexte de désinformation et de changements rapides ;
  • La complémentarité entre les différents outils existants ;
  • L’arrimage entre l’information officielle et la réalité pratique ;
  • L’utilisation de ces outils dans la trajectoire de soins.

Les participant·e·s seront appelé·e·s à se prononcer sur ces questions dans une modalité interactive. L’activité terminera avec un retour en grand groupe sur les solutions proposées.

Implantations et effets des nouveaux délais d’évaluation « 30-90 » sur la pratique et les services des équipes de santé des réfugié·e·s. Réflexions autour de la notion de « délai » et recommandations

Depuis 2012, le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) a mandaté 11 CISSS et CIUSSS à travers le Québec afin de prodiguer aux personnes réfugiées une évaluation de leur bien-être et de leur état de santé physique. Cette évaluation composée de deux visites était initialement réalisée dans un intervalle de 10 jours suivant l’arrivée pour la première et de 30 jours pour la deuxième. En 2021, ces délais ont été allongés par mesure ministérielle à « 30-90 », sur les recommandations du Centre d’expertise sur le bien-être et l’état de santé physique des réfugiés et des demandeurs d’asile (CERDA) en collaboration avec un comité consultatif interdisciplinaire interprovincial.
Entre 2021 et 2023, le CERDA a mené un projet de recherche auprès de huit CIUSSS/CISSS afin d’évaluer l’implantation et les effets de ces nouveaux délais. La méthodologie de type mixte portait sur les analyses statistiques des données Gestred et qualitatives d’entrevues (gestionnaires, professionnel·le·s, personnes réfugiées). Les résultats mettent en évidence une appréciation générale positive des nouveaux délais, au regard de leur adéquation avec les réalités du terrain et l’amélioration perçue de la qualité des services. Néanmoins, plusieurs constats font état du maintien de défis administratifs et logistiques concernant le respect du « 30-90 ».
À la lumière de ces observations, une réflexion est portée sur la notion de délai en matière de services d’évaluation et des pistes de recommandations sont présentées.

Les effets du programme Espace Parents sur l’adaptation du rôle parental des personnes réfugiées

Les défis rencontrés par les personnes réfugiées à leur arrivée dans leur société d’accueil sont bien documentés (barrière linguistique, emploi, logement, accès à des soins de santé, etc.). Pour les parents réfugiés, ces défis s’ajoutent à celui d’exercer ce rôle dans nouveau contexte culturel. Cette transition peut occasionner un stress pour le parent et augmenter le risque de conflit intrafamilial.
Afin de prévenir ce risque, un partenariat entre les milieux communautaires, académiques et institutionnels ont mis sur pied en 2016 le programme Espace Parents (EP). EP est une série de neuf ateliers offerts en petits groupes visant à accompagner les parents nouveaux arrivants dans leur transition. Différents thèmes sont abordés comme les impacts de l’immigration sur la famille, la réponse parentale aux besoins de l’enfant, les réseaux de soutien et l’accompagnement des enfants dans une double culture.
Les évaluations antérieures d’EP ont montré que le programme était implanté fidèlement et que les participants avaient apprécié leur expérience. Cependant, les effets d’EP sur l’adaptation des parents nouveaux arrivants et la façon dont le programme s’insère dans leur trajectoire d’intégration demeurent à ce jour méconnus.
Cette communication consistera dans un premier temps à présenter le programme EP. Dans un deuxième temps, une étude de cas d’un parent réfugié ayant participé à EP sera présentée sous forme de récit de vie afin de montrer les effets du programme sur leur trajectoire d’intégration. Comme conclusion, cette présentation propose d’ouvrir la discussion et d’échanger sur des façons qu’EP pourrait mieux rejoindre les parents réfugiés.

Abonnez-vous à notre infolettre Flèche